IMG_0542.JPG

Renato le Requin Marteau

Argile cuite peinte.
53 x 23 x 18 cm.
Modelage en argile rouge, évidé et sculpté à la main, cuit au four à céramique, peint en gris métallisé.
890€

Sculpture voluptueuse de Requin marteau : profilé à la perfection par la nature.

Cette sculpture couleur argent aux lignes épurées reflète la perfection de la silhouette fluide de l'animal, qui glisse dans l'élément liquide. Proche de l'animal, elle reste pourtant créative par son inspiration de divers types de requins, mêlant ainsi les traits de l'espèce en son ensemble, en créant un animal imaginaire, semblant pourtant si proche du réel !


Emotions d'eaux.

Profilé et magnifique, le requin semble calme, le temps suspendu, avant une approche aussi vive qu'un éclair, puis il disparait de l'horizon bleue. Rarement seul, son groupe apparait et se dissous dans les fonds : une nage serpentueuse vue du dessous, avec cette tête reconnaissable entre toutes. 

La race des requins est magnifique de perfection, le requin marteau porte dans ses formes et mouvance une touche de magie supplémentaire qui porte à la fascination.

L'animal, son milieu, ses enjeux.

Contrairement à la plupart des requins au museau en ogive, le marteau a un corps très allongé et une tête large et plate avec ses yeux aux extrémités, ce qui lui apporte une meilleure portance dans l'eau et constitue un outil de chasse redoutable.

Le requin fut l'un des tout premiers vertébrés à mâchoire et n'a pratiquement pas changé depuis son apparition il y a 400 000 millions d'années. Il a façonné nos océans, influençant le comportement des différentes espèces de poissons.

Ils sont présents dans tous les océans, les eaux tropicales chaudes, les mers tempérées et les mers polaires, près de la surface, mais également à des centaines de mètres de profondeur, près des côtes, ou en pleine mer. Cette vaste répartition est le résultat d’une longue évolution qui s’explique par la parfaite adaptation de chaque espèce à sa « niche écologique ».

Les requins captivent l’imaginaire collectif. Tour à tour craints et vénérés, ils nourrissent de nombreux fantasmes, en particulier celui d’un mangeur d’homme, prédateur cruel, assoiffé de sang. Pourtant, aujourd’hui ils sont menacés par une pêche excessive.

Selon la liste rouge mondiale des espèces menacées dressée par l’Union internationale pour la conservation de la nature, environ 60 % des requins pélagiques sont actuellement en danger d’extinction. Un bien mauvais présage pour les océans car la disparition de ces prédateurs-clés qui trônent tout en haut de la chaîne alimentaire aurait de lourdes conséquences pour les écosystèmes marins.

Des sens hyper développés

Les requins voient dans l’obscurité mieux que les chats, ils sentent 10 000 fois mieux que les humains et ont un sens gustatif très développé. Ils ont une excellente ouïe et peuvent percevoir les moindres différences de pression. Ils ont aussi la capacité de détecter les champs électriques de leurs proies.

QUAND LA BÊTE NOIRE DEVIENT VICTIME

Les requins ne se reproduisent pas aussi vite que les autres poissons : la surpêche, à laquelle viennent s’ajouter les captures accidentelles, a donc un impact bien plus conséquent sur leurs populations aujourd’hui disséminées.

Pêche irresponsable

Le commerce des ailerons de requin – ingrédient de la soupe du même nom vendu à prix d’or - ne cesse de se développer et est devenu une menace sérieuse pour de nombreuses espèces de requins. Quand les requins sont capturés, on coupe leurs ailerons, et ce qui reste du requin est rejeté à la mer. Cette pratique, largement répandue, est appelée shark finning.

Si ce commerce se développe c’est qu’il est particulièrement rentable. Un kilo d’ailerons se négocie entre 300 et 500 euros. Les bénéfices étant rapides et importants, la pêche ne peut que s’intensifier. L’essor de l’économie asiatique, et donc du niveau de vie de ces populations, entraîne une demande accrue d’ailerons. Toutefois, si la Chine et le Japon sont les premiers consommateurs de la soupe d’ailerons, ce commerce s’étend néanmoins jusqu’à Paris ou Vancouver.

Par ailleurs, le requin est convoité pour d’autres parties de son corps : ses dents sont vendues sous forme de colliers, sa peau sert à fabriquer des chaussures; des sacs à main et des porte-monnaie, quant à son foie, il est utilisé pour faire de l’huile. Les requins ne se reproduisent pas aussi vite que d’autres poissons : la surpêche a donc un impact très conséquent sur leurs populations.

Contact